PARTICIPATION DES ORGANISATIONS DE BASE PROMUES ET ENCADREES PAR ASAD AU SALON NATIONAL DE L’ARTISANAT

(15-24 MARS 2013 AU PARC DES EXPOSITIONS DU KRAM)


Femmes Artisanes à la 30éme édition du Salon National de l’Artisanat. 

Après plus de dix années de travail et de formation, l’Association des Femmes Artisanes «AFA» de Menzel Bourguiba arrive enfin à se faire une place sous les lumières de la foire nationale de l’artisanat dans sa 30éme édition du 15 au 24 Mars 2013.

Dans l’intention de développer leurs sources de revenue pour la première fois des femmes artisanes présentent une gamme de produits, fait à la main, soigneusement exposés sur des meubles choisis pour l’occasion par la Société d’Ameublement et de Décoration «S.A.D» Tunis.

Mme Azza Maaoui, professeur du Design retraitée de l’institut supérieur des beaux arts de Tunis offre bénévolementson appui technique et artistique à ces femmes, si douées seulement leur niveau d’instruction est faible. Elles ne peuvent pas cacher leur bonheur d’être présentes au stand qui porte leurs photos et leurs noms sous l’emblème de leur association. Elles reçoivent les visiteurs, leur font découvrir les articles exposés et les encouragent à acheter sans oublier de leur glisser leur carte de visite.

L’Association des Femmes Artisanes est parrainée par l’Association de Soutien à l’Auto-Développement «ASAD».

Une formation sociale, citoyenne et associative de base est menée depuis 1999 et a abouti à la création d’AFA en février 2003.

Une convention signée entre les deux parties définit cette relation, le rôle et les responsabilités de chacun.

Une aide majestueuse accordée par l’Ambassade de France en Tunisie - Service de Coopération et d’Action Culturelle «SCAC» - vient consolider et appuyer le processus de développement de AFA. Les femmes artisanes, les volontaires qui les encadrent et le personnel de l’ASAD tout le monde se sont tous donnés rendez-vous à la foire nationale de l’artisanat.

Les femmes artisanes ont vendu la moitié de la valeur des articles exposés. Les produits ont été équitablement répartis entre les artisanes engagées dans le processus qui ont montré lors d’une séance d’évaluation, leur pleine satisfaction quant à la rémunération de leurs efforts.

Groupement Féminin de Développement Agricole de Oued Sbayhia (GFDA) à la 30éme édition du Salon National de l’Artisanat.

Le GFDA a promu également un grand stand dans lequel on a procédé à la mise en fonctionnement des différents équipements relevant de l’unité d’extraction des huiles essentielles à partir de plusieurs espèces végétales aromatiques telles que Romarin, Thyon, Genevrier.

Le Stand a connu une très grande affluence et les visiteurs ont manifesté un grand intérêt à cette activité.

Outre les contacts commerciaux multiples, la production réalisée sur place est immédiatement vendue et il a été procédé à la vente d’importantes quantités ramenées du site tant pour les Eaux florales que pour les huiles essentielles.

Nous signalons également que les deux stands ont bénéficié de l’appui de l’ONA (Office National de l’Artisanat) et que les stands en question ont été tenus et gérés totalement par les Femmes Artisanes de chaque groupement.







PARTICIPATION D’ASAD AU FORUM MONDIAL DES FEMMES FRANCOPHONES (PARIS 20 MARS 2013)

 

Suite à l’invitation des autorités françaises, ASAD a pris part à ce Forum en désignant Madame Asma M’hamdi Coordinatrice générale des Projets pour participer à cette manifestation, laquelle a enregistré la présence de 700 femmes issues des ONG et de la société civile et représentant tous les pays de l’espace francophone.

A cette occasion, nous tenons à remercier l’Institut Français de Tunisie, l’Organisation Internationale de la Francophonie ainsi que les services de l’Ambassade de France en Tunisie.




ENTAME D’UNE DIVERSIFICATION DU PARTENARIAT

Un projet tripartite ASAD – KVINFO – ECOLE DES BEAUX ARTS DE COPENHAGUE est en cours d’élaboration.

Il s’agit d’un projet au profit des Femmes Artisanes de Menzel Bourguiba pour valoriser et promouvoir les produits artisanaux (Design Empowerment)

-          Une mission d’identification et d’élaboration du projet a été effectuée à COPENHAGUE par Madame Asma M’hamdi les 22 et 23 Mars 2013 et ce, à l’invitation de KVINFO.

-          Participation d’ASAD à l’atelier organisé par le Ministère de l’Agriculture et le PNUD et portant sur le « Projet d’Amélioration de la Gouvernance Locale de l’Eau Potable en Milieu Rural » (17-18 Avril 2013).

ASAD a contribué à cette manifestation par la présentation de la communication suivante :

La Contribution de l’ASAD dans les travaux de l’Atelier

La note conceptuelle de l’atelier considère que la problématique de l’eau qui figure parmi les Objectifs du Millénaire pour le Développement « OMD » envisage de réduire de moitié en 2015 le nombre de personnes n’ayant pas accès à l’eau potable.

Les statistiques avancent que le taux de desserte en eau potable en Tunisie est de 100%  dans  le milieu urbain et de 93.8% en milieu rural dont 49.4% par la SONEDE et 44.4% par la direction Générale du Génie-Rural qui, à son tour , a confié la gestion à des Groupements de Développement Agricole « GDA ».

Cependant, la direction continue à assurer la maintenance des réseaux de distribution et les grosses réparations des systèmes  de pompage.


La population rurale peut-être subdivisée en deux catégories :

 - Une population à habitations regroupées

 - Une population à habitations isolées et dispersées.

La première catégorie constitue la population desservie par la SONEDE. Une autre partie de cette  population est desservie par certains GDA.

C’est la deuxième catégorie qui semble poser la  problématique de desserte en eau potable tant au niveau des investissements pour la création du réseau (sondage, équipement de pompage et conduites de distribution), qu’au niveau de l’exploitation.


Construction de citernes d’eau pluviale

Ce système d’origine Californienne fut introduit au début des années 90 par une Association  américaine « Save The Children » dans les gouvernorats de Siliana et Kasserine puis développé par la FTDC dans la région de Sidi M’hadheb.

Notre Association « ASAD » l’a également développé dans le gouvernorat de Zaghouan au début des années 2000, dans le cadre d’un Projet de Développement Rural Intégré financé par l’AECI (Agence Espagnole de Coopération Internationale) et l’ACPP (Association Espagnole) en réalisant plus de 40 citernes et 40 latrines.

Le CRDA de Zaghouan  à l’époque a développé ce système dans le cadre d’un Projet de Développement Agricole Intégré financé par le FIDA, en réalisant 265 citernes et 251 latrines dont une centaine ont été confiées à  « ASAD ».

Le GFDA d’oued Sbayhia a réalisé en 2011 la construction de 11 citernes avec financement du FCIL (Fond Canadien pour les Initiatives Locales).




Les avantages que procure l’installation de ces citernes sont    

Le coût d’investissement:

Pour la création des réseaux le Ministère de l’Agriculture réserve un budget de 8000 dinars, en moyenne, par ménage. 

Or la construction de Citernes d’eau pluviale d’une capacité de 10.000 litres desservant en moyenne 2 ménages ne coûte que 4.000 Dinars.

Ø  Donc le coût d’investissement par ménage ne représente que 25% du coût  réservé au système traditionnel.


 Le coût d’exploitation :

 Le coût d’exploitation est nul pour les citernes alors que  pour le système traditionnel  il demeure élevé en plus de la consommation d’énergie et les frais de réparation et de maintenance que cela nécessite.

L’analyse d’un échantillon à Oued Sbayhia de 27 ménages (comprenant 141 personnes) desservis par 14 citernes montre que ces ménages ont eu une eau gratuite pendant prés de 9 mois de l’année. 



En 2012 ils ont eu recours pendant la saison sèche à 37 citernes tractées de 5000 litres qui ont  coûté 1665 dinars (45D/citerne) soit 62 dinars par ménage et par an, ce qui est insignifiant.

Un autre avantage et non des moindres c’est la libération de la femme rurale à laquelle incombe habituellement la tâche de ramener l’eau potable au ménage.

Cette corvée quotidienne accapare une partie importante de son temps et de ses énergies qu’elle pourrait ainsi consacrer au bien être de sa famille.

Débarrassée de cette tâche la femme rurale arrive à s’occuper davantage  de ses enfants et s’affirmer au sein du ménage en devenant un élément économiquement productif.

Le groupement chargé de la gestion de l’eau potable à Oued Sbayhia fait payer les consommateurs à raison de 40 millimes le bidon de 20 litres (soit 20 Dinars le mètre cube) pour une eau qui n’est pas courante et qui n’est disponible qu’une heure par jour lorsque le réseau fonctionne.

Or il s’avère que le réseau est souvent en panne soit pour non paiement de la facture de la SONEDE soit pour réparation des conduites.




Dans ce cas certains ménages sont obligés, pour satisfaire leur besoins en eau de consommation humaine, de ramener l’eau par l’intermédiaire du « transport rural » raison de 500 millimes le bidon de 20 litres (soit 25 dinars le mètre cube) ce qui est excessif

Généralisation du système de citernes d’eau pluviale.

De ce qui précède, on peut être amené à plaider pour une généralisation, autant se faire que peut, du système de citernes d’eau pluviale. D’autant que la gestion financière du système de bornes fontaines constitue une problématique difficile sinon impossible à résoudre.








PARTICIPATION AU FORUM JEUNESSE 2013

 

Lors de ce Forum tenu à Monastir les 19-20-et 21 Avril 2013, les quatre thématiques suivantes ont été retenues :

 

ü  Environnement

ü  Droit et Santé des Femmes

ü  Citoyenneté

ü  Economie Sociale et Solidaire

ASAD a été invité en qualité d’intervenant pour l’accès à l’emploi par le micro-crédit relevant de la quatrième thématique.

Le Forum s’est déroulé en deux étapes :

·         Présentations en relation avec les thématiques sus-mentionnées

·         Travaux de groupes (12 groupes) suite auxquels une ébauche de projet a été élaboré et présenté en séance plénière et ce avec la participation de TAYSIR,….. en vue d’un éventuel partenariat.





























Le 8 novembre 2012


Sur proposition du Ministère des Affaires Sociales et dans le cadre de son projet "Dispositif veille Sociale", une délégation de la société civile française a tenu une séance de travail au siège de notre Association avec des membres de son Comité Directeur le mercredi 7 novembre 2012 à 15H00.

La délégation est composée de Messieurs Bruno Lachnitt et Michel Legros respectivement responsables à la Mission Régionale d'Information sur l'Exclusion (M.R.I.E ) et à l'Observatoire National de la Pauvreté et de l'Exclusion Sociale (O.N.P.E.S)

Cette réunion de travail a permis aux membres de la délégation de prendre connaissance de l'approche de notre association en matière de développement local, de sa vision pour la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale qui s'inscrivent dans une optique de respect de la dignité de l´être humain.



Le 12 septembre 2012

Nous publions, pour information, le PV de la 8ème Assemblée Générale de l’Association
qui s'est tenue le 9/9/2012 au siège de l'Association.
Nous publions aussi, ci-dessous en pdf, le Rapport de l'Auditeur Comptable "RAC"du Cabinet CMR-AUDIT des comptes de l'ASAD arrêtés au 31/12/2011.

8ème Assemblée Générale de l’Association

Conformément à la convocation adressée à tous ses adhérents dans les délais réglementaires et l’annonce faite sur deux quotidiens, arabe et français, en date du 26/8/2012, la 8ème AG de l’ «ASAD» a été tenue à son siège le dimanche 9 sept 2012 à l’effet de statuer sur l’ordre du jour suivant :
- Lecture et Approbation du rapport moral
- Lecture et Approbation du rapport financier et du rapport de l’Auditeur externe
- Renouvellement partiel (le tiers) des membres du CD
- Nomination d’un Commissaire aux comptes

La 8ème Assemblée Générale a débuté à 10 h par une allocution de bienvenue aux présents prononcée par Mr. Hassine Cherif, vice président du Comité Directeur et président de cette Assemblée. Il a évoqué ensuite les activités de l’« ASAD » durant les 2 dernières années, les perspectives de l’évolution du microcrédit et les difficultés de financement.
MR. Chedly Koubaa, Trésorier de l’Association a ensuite pris la parole pour présenter les résultats des trois exercices 2009-2010-2011. Il a par la suite donné la parole au représentant de la CMR-AUDIT. Celui-ci, après avoir donné toutes les explications à propos des dépenses et recettes, a informé l’audience qu’il certifie, en tant qu’Auditeur des comptes de l'Association, que les états financiers de l’ASAD arrêtés au 31/12/2011 sont réguliers et sincères et présentent une image fidèle de la situation financière de l’Association dans ses aspects significatifs.
Ce fut ensuite au tour de Mr. Noureddine Tarhouni secrétaire général, d’évoquer dans son rapport moral les valeurs guidant les interventions d’ « ASAD » telles, entre-autres, la lutte contre la pauvreté, la précarité, l’exclusion socio-économique et l’amélioration des revenus des populations des zones dites marginales.
Parlant de la période 2009/2010/2011, il a évoqué l’activité de microcrédit qui a permis d’octroyer aux bénéficiaires 5 154 000 DT à titre de microcrédit.
Pour ce qui est activité de développement, le rapport a énuméré les projets de Développement exécutés dans les gouvernorats de Bizerte, Zaghouan et de Kairouan.
Mr. Tarhouni a fini son rapport en formulant un ensemble de recommandations se résumant surtout en :
- la nécessité de se situer en matière de microcrédit face à la nouvelle loi le réglementant,
- la nécessité de dépasser la non adéquation engendrée par la formule « BTS », l’obligation de doubler le chiffre d’affaire en 2013/2014 afin de pouvoir couvrir la totalité des charges, trouver une issue aux différends avec la BTS.
La parole a été ensuite donnée à l’assistance pour discuter de ce rapport. Les questions ont porté principalement sur la nécessité de se fixer sur le choix à faire d’ici fin 2012 entre Association de Microcrédit et Association de Développement pour les uns, tandis que pour les autres la solution consiste à la scinder en deux associations : l’une pour le microcrédit et l’autre pour le Développement tout en étant indépendantes l’une, vis-à-vis de l’autre.
Ensuite, l’Assemblée Générale a procédé à l’unanimité à la nomination du cabinet CMR-AUDIT comme Commissaire aux Comptes de l’ « ASAD » pour les années 2012, 2013 et 2014.
Les adhérents présents ont également approuvé, à l’unanimité, les rapports moral et financier tels qu’ils leurs ont été soumis.
Il a été ensuite procédé à l’élection du tiers du CD. Le résultat du vote a permis à Mme Fatma Abassi, Mrs. Abdelwaheb El Mkacher et Mohamed El Béchir Béjaoui de rejoindre le Comité Directeur. Ainsi, le nouveau Comité Directeur sera composé comme suit :
Mesdames et Messieurs :
Hassine Cherif: Président
Abdelwaheb El Mkacher: Vice president
Chedly Koubaa: Secrétaire Général
Mohamed Jrad: Secrétaire Général Adjoint
Mohamed el Mabrouk Daoud: Trésorier
Nouri Derbel: Trésorier adjoint
Noureddine Tarhouni: Membre
Abdejlil Kallel: Membre
Zohra Turki: Membre
Fatma Abassi: Membre
Mohamed Béchir Bejaoui: Membre

Rapport de l'Auditeur Comptable (RAC) en pdf.
Pour le consulter Prière cliquer sur:
RAC ASAD.pdf

 


 

Le 3 septembre 2012


Nous mettons sur le site un article publié le 31 Aout 2012 par "LA PRESSE" de Tunisie à propos de la coopération entre "ASAD", les Femmes Artisanes de Menzel Bourguiba d'une part et le Royal Danish of Design de Copenhague d'autre part, en matière de couture,de Broderie et de d’activité d’artisanat d'une façon générale.

 

La presse de Tunisie du vendredi 31 août 2012


Femmes Artisanes de Menzel Bourguiba


Lancement d’un nouveau projet d’auto développement
L’Association des Femmes artisanes de Menzel Bourguiba se lance dans un projet d’auto développement avec l’appui d’organismes tunisiens et danois. Ce programme cible des femmes qui font de la couture et de la broderie. Il vise à renforcer et développer leurs compétences, et les aider à valoriser leur travail pour avoir plus d’opportunités de commercialisation.
Créée en 2003, l’Association des Femmes Artisanes de Menzel Bourguiba initie et forme les femmes aux métiers de l’artisanat, et les accompagne pour la vente de leurs produits. Appuyée par l’association de soutien à l’auto-développement, Asad, et la Danish school of design, elle se lance cette année dans un projet de design textile, qui déjà fait ses preuves ailleurs. Le projet en question vise l’autonomisation des femmes (empowerment en anglais) qui ont un certain savoir-faire dans la couture et la broderie. Le programme comprendra, entre autres activités, des ateliers animés par des étudiants et des enseignants en design, danois et tunisiens, et des formateurs en couture. Au Maroc, pays où la première expérience a eu lieu, les femmes ont appris en quatre ans à concevoir leurs produits de façon méthodique, les réaliser en respectant des normes de qualité, et les vendre suivant des règles de marketing. Aujourd’hui les quelque 300 femmes marocaines qui ont bénéficiée de ce programme sont prêtes à aider, enseigner et inspirer d’autres femmes de leur contrée. Ayant participé à la foire internationale de l’artisanat de Marrakech, elles ont même eu le premier prix de la créativité le 30 mars 2012.
Le projet en Tunisie n’en est qu’à ses débuts, il a été initié par les Danois et sera au bénéfice de toutes les membres de l’Association des femmes artisanes de Menzel Bourguiba. Sine, étudiante danoise de 27 ans en design textile, explique qu’au Danemark l’artisanat tend à disparaître parce qu’il ne rapporte plus. Des pays comme la Tunisie et le Maroc offrent la possibilité pour les créateurs danois de redécouvrir les métiers manuels, de s’en inspirer et d’explorer de nouvelles possibilités dans le domaine du textile. Il s’agirait donc d’un réel échange où tous les protagonistes en sortiraient gagnants.
Artisanes et solidaires
Khedija Ghanmi, présidente de l’Association des femmes artisanes de Menzel Bourguiba, est fière des réalisations de son organisme. « La plupart des femmes qui sont passées par l’association ont fait fructifier le capital savoir-acquis, soit en ouvrant leurs propre commerce, soit en trouvant du travail dans le domaine », dit-elle. Certaines viennent avec des connaissances poussées, d’autres apprennent tout dans le centre. Les cours se font une fois par semaine, le samedi, et sont assurés par des formatrices bénévoles. Aujourd’hui, l’association compte 57 membres, âgées de 25 à 50 ans. Pour chacune de ces femmes, mis à part l’appui à l’insertion professionnelle, c’est une seconde famille qu’elles retrouvent au centre.
Naïma a passé 25 ans sans travailler. Elle avait pourtant suivi une formation de deux ans en couture chez les sœurs à Monastir, avant de s’installer avec son mari à Menzel Bourguiba. Son entourage l’empêchait de se confronter au monde extérieur. « J’avais peur de sortir de chez moi, je ne savais plus parler aux gens. J’étais renfermée sur moi-même, jusqu’à ce que j’intègre l’association ». Une amie à elle l’avait encouragée à tenter l’expérience, il ya un an. Aucun engagement, elle lui avait demandée d’y aller juste pour voir. « Toutes les femmes de l’association, je les considère comme mes sœurs. Elles m’ont appris à avoir confiance en moi ». Naïma n’a plus aucun problème pour prendre la parole en public, et de présenter les fleurs en tissu, les couffins au crochet, et les foulards qu’elle confectionne de ses mains.
Radhia, 46 ans, a suivi entre 1999 et 2000, des cours de couture offerts par Asad. L’association lui a ensuite accordé plusieurs crédits d’un total de 1.200 DT, pour pouvoir lancer un projet. « Après mon mariage, je n’avais même pas de quoi me couvrir », confie-t-elle. Mère de quatre enfants, elle arrive aujourd’hui à subvenir aux besoins de toute sa famille grâce à la couture et au crochet. « Mon mari ne fait rien de ses journées, mais mange quand même avec moi!», s’exclame-t-elle avec le sourire.
L’Asad
Radhia est l’une des femmes parmi des milliers d’autres à avoir bénéficié du soutien d’Asad. Active depuis 1989, l’association aide les artisanes et les agriculteurs à améliorer leur rendement et à s’auto-organiser. Elle leur offre régulièrement des formations pour renforcer leurs capacités sur le plan technique, ainsi qu’en matière de savoir-être et de prise de décision. L’association octroie également des micro-crédits à travers la Banque tunisienne de solidarité(BTS), en vertu de la loi du 15 Juillet 1999 qui organise le micro-crédit en Tunisie. En 1999 l’association a accordé 100.000 DT de crédit, pour arriver à 1,8 milliard de dinars en 2009, et 1,2 milliard en 2010 et les deux années suivantes. « Aujourd’hui, on est en conflit avec la BTS », confieAsma M’hamdi, coordinatrice des projets de développement de la région de Bizerte. « Malgré les besoins croissants en crédit, la banque ne veut plus nous donner plus de 1,2 milliard, alors qu’on a acquis plus d’expérience au fil des ans, avec des taux remboursement atteignant 94% », explique-t-elle. Pourtant, même si l’association n’a pas beaucoup de visibilité au sein de l’opinion publique, c’est bien sa réputation à l’échelle mondiale qui a poussé les Danois à frapper à sa porter, pour monter le projet de design textile.
Une délégation de trois Danois de la Danish school of design est actuellement en Tunisie jusqu’à la fin du mois, afin d’évaluer les besoins des uns et des autres, de définir le rôle de tous les participants, et d’élaborer avec plus de détails le programme à venir.
M.D

 


aaz



aaa

 


Le 30/7/2012
Après nous avoir rendu 2 visites, l’une au mois de novembre 2011 et l’autre au mois de février 2012, les responsables du Royal Danish Academy of Fine Arts -Danemark- nous rendront une troisième visite du 27/ au 29 août 2012 et ce dans le cadre de la coopération envisagée entre celui-ci d’une part et l’Association de Soutien à l’Auto-Développement (ASAD) Tunis etl’Association des Femmes Artisanes (AFA) de Menzel Bourguiba d'autre part.
Cette coopération consiste en un échange d'expériences en matière d’artisanat et surtout faire bénéficier les Femmes artisanes d’un encadrement et d’une formation de perfectionnement de la part des Danois leur permettant d’améliorer la qualité de leurs produits afin de mieux élargir leurs débouchés.
Il est à remarquer qu’une délégation composée de 2 membres représentant l’ASAD et l’AFA et deux représentantes de l’Ecole des Beaux Arts de Tunis s’est rendue, sur invitation des Danois et des Marocains, à Marrakech fin mars 2012, afin d’assister à une exposition tenue par les Femmes artisanes de Marrakech avec qui les Danois entreprennent déjà une coopération datant de 3 ans, et ce afin de superviser la situation de la coopération entre les Danois et les Marocains et élargir cette coopération pour la rendre tripartite.

 


 

Le 12 juillet 2012

Audience avec MR. Le Ministre des affaires sociales
Le Comité Directeur de l’ASAD a exposé à MR. le Ministre des Affaires sociales, durant l’audience qu’il lui a accordée le 11 juillet 2012, un aperçu exhaustif sur la situation générale de l’association, ses programmes et notamment ses difficultés et qui sont les suivantes :
- Le retard regrettable enregistré sur l’accord à donner pour la deuxième intervention projetée à Ghézala du gouvernorat de Bizerte sachant que la convention, après avoir été amplement préparée et discutée avec la Caisse Nationale de Solidarité et obtenu son accord, a été déposée au Ministère des Affaires Sociales depuis le mois de mars 2012, et qui, semble-t-il, attend l’approbation du Ministère des Finances. A ce sujet, le CD a mis l’accent sur la grande nécessite d’accélérer la prise de déci